Le jour d’après

Hier grande tournée des popotes.

On allait enfin mettre un nom sur la maladie incurable qui allait me faire mourir dans d’atroces souffrances. Rendez-vous fût pris chez mon médecin traitant qui a pour mérites de me connaître depuis très longtemps d’une part et d’être membre de l’AMG* d’autre part. Ce dernier point étant une facilité quand on doit évoquer des problèmes de santé plus ou moins liés à une sexualité déviante et insidueuse . A 10h00 pétante j’étais à l’heure. Une jeune fille à l’allure improbable fait le trottoir avec moi en attendant que la secrétaire arrive pour ouvrir le cabinet. Je suis le premier rendez-vous de la journée et je suis très très content car je n’aurai pas à respirer tous les miasmes des autres malades dans la petite salle d’attente.

Han! La jeune fille sapée comme Lucienne des Vamps est en fait l’interne du toubib qui va lui par contre arriver en retard. Je dois donc tout déballer devant elle. Je fais traîner les choses, je n’ai absolument pas envie de répéter deux fois de suite la même histoire. Vas-y Lucienne, prends moi la tension. Elle est bonne. Finalement Gérald (ne pas confondre avec Gérard) déboule. Ça devient plus sérieux d’un coup. Lucienne quant à elle, devant le cas d’école qui n’en est pas un finalement, soupire d’aise discrètement dans son coin. Habituellement, je n’ai rien contre les internes mais absolument rien à leurs reprocher mais là comment elle est habillée c’est tout simplement pas possible.

Alors c’est grave ou pas ? Le souci à mon Gégé c’est qu’il a du mal à savoir si je suis dépressif ou simplement angoissé. Il tripote son ordinateur et à l’aide d’un QCM et celle de Lucienne, il va tenter d’évaluer mon état dépressif. Tadaaaa! Bah non, je ne suis pas suffisamment déprimé pour rentrer dans la case « dépression » ni trop peu pour rentrer dans la case « anticyclone ». Je suis juste angoissé et j’ai subit deux attaques de panique en une semaine.

Bon bah on va faire un petit bilan sanguin et on va voir le cardiologue même si mon électrocardiogramme de l’hôpital est tout bon. En attendant je prends des petits cachetons pour combattre l’anxiété. Je ne saute pas vraiment de joie à cette idée car le petit comprimé ne vas pas traiter la cause mais faire disparaitre les symptômes. Mais tout bien considéré, je préfère être juste ce qu’il faut un peu guilleret que de retenter un double salto arrière sur le quai du métro. Même la perspective d’un bouche à bouche avec un pompier bombasse ne me fait pas changer d’avis.

A midi, je suis gare Montparnasse pour aller voir mon Gérard qui me thérapeutise grave depuis presque quatorze années.

Téléportation réussie jusqu’au canapé. Comme d’habitude après une introduction que je pensais parfaite, il se fout littéralement de ma gueule en se marrant comme une grosse baleine. Des fois j’ai des envies de meurtre mais je me retiens. Je lui décris tous les symptômes, tout ça quoi. J’ai mal là, j’ai mal là, j’ai mal un peu là aussi. Et l’autre il ne trouve rien de mieux à me dire « Super! On se croirait devant le JT de Jean Pierre Pernaud ». L’air renfrogné je lui concède un : « Bon ok, je suis angoissé ». « Merci » Qu’il me dit!! Au prix que je le paye!! Bref bref bref, au bout d’une heure j’ai réussi à capter deux trois trucs sur le comment vivre tout ça maintenant. Ça fait des années et des années qu’il se tue à me répéter qu’il faut que je dise aux gens ce que je ressens bordel de merde, ce n’est tout de même pas bien sorcier? Hein? Dis ? Bah un peu quand même.

Téléportation réussie jusqu’au quai de gare où le haut parleur nous hurle dans les oreilles avec plein de crachotements désagréables : « Le TGV N°45789 en provenance de Tombouctou et à destination de Paris Gare Montparnasse aura un retard totalement injustifié de vingt minutes, bande d’abrutis! » Ça me contrarie un peu car je suis en pull et le petit vent frais me fait frissonner un peu, il ne faudrait pas que je tombasse malade en plus!

De retour au taf ce matin, je file voir mon Boss pour lui faire le topo. Apparemment il était plutôt content de me voir toujours aussi beau (la crème de nuit et la pommade de jour font leur petit effet) et il envisage de revoir sérieusement mon plan de charge. Je n’ai pas oublié de lui dire que j’étais angoissé sur les projets dont je n’avais pas la maitrise technique et je lui précise que l’angoisse paralyse le cerveau dans toutes velléités d’apprentissage.

Le truc hyper positif que je découvre aujourd’hui dans cette aventure, à part un sursaut salutaire sur ma façon de vivre, c’est que mon boss va accorder des entretiens individuels à tous les salariés de la boîte (syndrome France Telecom) pour trouver des solutions au stress de chacun. Juste dommage qu’il faille en arriver là.

* Association des Médecins Gay

~ par PascalR sur 27/05/2010.

4 Réponses to “Le jour d’après”

  1. Elle devait être contente comme tout Lucienne de prendre la tension à une bombasse… C’est qu’elle a les hormones en feu la vieille connasse.

    Quant à toi, lâche prise, c’est un ordre;) Ma psy dit que ce qui est angoissant c’est de viser le niveau idéal et non le niveau possible. Si tu vises le niveau idéal, tu renforces sans cesse une mésestime de toi-même et l’angoisse de ne jamais être au niveau que tu penses devoir atteindre. Lorsque tu vises le niveau possible, tu es en adéquation avec toi-même et tu sais reconnaître que tu ne peux pas tout contrôler ou tout maîtriser sans, pour autant, être quelqu’un de méprisable.

    Allez… Sois un winner!!!! :D

  2. Non, les comprimés ça n’est pas le top. Mais les béquilles non plus. Je crois que c’est un peu la même chose. Ça aide et ça soutient le temps qu’il faut.

  3. Cela permet de garder la tête hors de l’eau le temps de reprendre pied.

    Bon j’ai bien essayé de te dire des trucs, j’écris, j’efface, réécris, reefface et voilà, ne restera que la première phrase. Mais un jour j’ai aussi dû m’aider pour ne pas sombrer, et cela m’a vraiment permit de tenir, jusqu’à ce que cela aille mieux

  4. Merci pour vos messages.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :