Comment j’ai brouillé les ondes cosmiques de François Mitterrand

Aujourd’hui je suis allé au MACBA (Museu d’Art Contemporani de Barcelona) Pour y aller c’est tout simple, en sortant de chez moi vous remontez vers Les Ramblas puis vous tournez à droite en direction de la Plaça Catalunya et après c’est à gauche. Ha la la, il est toujours aussi beau. Je sais bien qu’il n’a rien d’exceptionnel mais j’ai une tendresse particulière pour ce musée que Nano m’avait fait découvrir par une nuit propice aux câlins. Pour lui c’était le plus beau musée du monde. Soit.

Je commence mon approche pour faire des photos que je n’ai pas déjà faites les années précédentes. Il est relativement tôt, la place est déserte, je tente quelques shoots mais le cœur n’y est pas vraiment. Finalement, je rentre pour m’offrir la visite des expos. A priori je peux prendre des photos alors que je viens de me faire engueuler par un gardien devant le fameux lit suspendu au mur. Bon, je découvre l’espace, la lumière est toute blanche, c’est rafraichissant et rien que pour ça, ça vaut la poignée d’euro donnée à la dame qui m’explique tout bien comme il faut en catalan.

Dans l’art contemporain on peut trouver de bonnes surprises et même parfois je prends carrément mon pied devant certaines œuvres. Mais là à part un disque de vingt centimètres de diamètres en bois que l’on peut faire tourner en appuyant sur un bouton, le reste je le catégorise dans la collection « Assez Bon Foutage de Gueule ». Et puis un moment, je tombe en arrêt sur un vieil écran de télé. Les images qui sont diffusées en noir et blanc me sont familières. Je m’approche, mais oui il s’agit bien d’images de la télévision française, je reconnais les uniformes des gardes républicains.

Je cherche sur le mur le petit panneau explicatif et je tombe sur ça :


Ça ne vous rappelle rien? C’est un portrait de François Mitterrand himself! Mais alors c’est quoi les images à la télé? On y voit des gens monter un escalier extérieur sous la houlette d’un officiel en uniforme. Comme les images sont vieilles je pense à l’élection de 1981. Je m’approche et vole à une sale gosse une paire d’écouteurs. C’est bien ça. On parle de formation de gouvernement, c’est le temps des consultations et ça défile sur le perron de l’Élysée. Et puis soudain, la télé déconne. Les images défilent  par saccades, se stabilisent et repartent en zigzag. Dans les écouteurs, ça crachote on ne peut plus.

Je me sens fautif sur ce coup là. Je repose les écouteurs nerveusement et me lève fissa du siège. Ni une ni deux, l’image à l’écran se stabilise aussitôt! J’en reste bouche bée. Je n’ai pas tenté une seconde fois l’expérience. Je me suis éloigné discrètement en sifflotant les mains dans les poches. Parfois on se fait peur tout seul :o)

Plaça Catalunya

~ par PascalR sur 11/07/2010.

3 Réponses to “Comment j’ai brouillé les ondes cosmiques de François Mitterrand”

  1. Suis désolé pour les photos pourries mais je n’ai pas eu le temps d’installer photoshop sur mon portable.

  2. Et ça t’arrive souvent, de brouiller l’écoute de quelqu’un ?

    Pardon, pardon, je n’ai pas pu résister.

  3. Churchill!!! Petit saligaud :o)
    Je vais modifier la charte graphique et virer tout ce orange, NanMèHo!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :