Le Grand Canyon – Arizona

La veille au soir du 24 juillet 2009, en faisant mon plan de route pour la journée, je remarque sur la carte que : Ho surprise! Je peux quitter la route 66 pour découvrir le Grand Canyon. Vous savez les grands rochers toujours pris en photo au coucher de soleil pour obtenir un ton sur ton rouge-orangé du plus bel effet. So exiting! (oui moi aussi je cause english quand je veux)

Bien, comme je n’ai rien préparé du tout pour cette aventure, je ne trouve pas inutile de pousser la porte d’un vieux bâtiment fédéral à Williams AZ où trône en façade une grande pancarte avec « VISITORS » écrit dessus. Je pense que c’est une bonne piste. J’ouvre la lourde porte et je suis projeté dans un film de western avec Clint Eastwood dans le rôle du gars qui veille du haut d’un immense bureau des linéaires de bibliothèques remplies ras bord de livres très très vieux. Le gars me salut d’un signe de doigt sur le bord de son chapeau (tout pareil que dans les films) et j’entreprends de lui expliquer l’objet de ma visite.

Oui c’est possible d’y aller avec sa propre voiture, non on n’est pas obligé de louer un 4×4, hélicoptère, kayak, oui on peut se balader à pieds, oui il y a un accueil pour touristes. Alors là, je suis hyper fier de moi. Le vieux cow boy m’a laissé repartir vivant dans la poussière de l’unique rue du bled.

Et en route vers la Grand Canyon. Une question me taraude une fois lancé dans cette folle aventure. Je vais arriver par le haut ou par le bas de la grande fosse ? C’est le suspens total et je ne vais pas dévoiler ici la surprise pour ceux qui voudront un jour y aller. En attendant je mange de la forêt, de la forêt et encore de la forêt.

Et plus tard… Ta daaa. Putain que c’est beau. Nan je la refais. Ho my godness!!! I can’t believe it! It soooo … So beautiful! Ho my god! La petite claque derrière la tête pour de vrai tu la prends, c’est garanti. Et pour moi ça a été en plus un grand coup dans l’estomac, avec la respiration courte qui va bien avec. S’il y avait une seule raison qui ne me ferait jamais regretter ce voyage c’est ce spectacle grand. Je veux dire GRAND! Quoi!

Le seul truc qui m’a dérangé (Ho pas tant que ça finalement) c’est la méga averse de chez averse qu’on s’est pris sur la tronche. Et pas un seul abri à l’horizon pour se protéger de ce déluge. Les gens ont commencé à courir dans tous les sens en hurlant et en jetant leurs bébés dans le canyon, c’était la panique totale, un air de fin du monde. Alors moi pour ne pas en rater une miette, je me suis réfugié sous un petit sapin ridicule en protégeant mon appareil photo du mieux que je pouvais. Finalement je lui ai sauvé la vie en le mettant dans le sac à dos hyper étanche.

Parce que pour le reste j’étais trempé, délavé jusqu’au caleçon. Au bout d’une demi heure en espérant une accalmie, je me suis enfui comme un beau diable en courant ventre à terre pour trouver refuge un peu plus loin. YES! Le magasin de souvenirs pour racketter les touristes s’offre à ma vue à même pas cent mètres. Je rentre comme un fou inside et là je meurs.

Pause. J’explique et je rappelle les paramètres de cette histoire. Nous sommes donc en plein mois de juillet dans l’Arizona et il fait chaud. Très chaud. Bon là, il pleut de l’eau humide et rafraichissante. Cela donne un bon 40°c et 100 % d’humidité. Pas de bol d’arriver par hasard à quelques milliers de kilomètres de son chez soi et de se retrouver trempé alors que normalement, non!

Play. La climatisation de la boutique poussée à fond les manettes congèle en une nano-seconde mes épaules, mon ventre se réfugie comme il peut sous mes côtes, elles mêmes contractées à mort. Je sais que trempé jusqu’à l’os comme je le suis je ne reverrais plus jamais mes parents, mon frère et mes sœurs (ho ho ce serait le bonheur) et tous mes amis si je ne réagis pas tout de suite. Je claque tellement des dents que ça fait peur aux gosses qui commencent à hurler.

J’aperçois à moitié évanoui des piles de tee-shirts du Grand Canyon. J’en prends un au hasard, je paye à la caisse et là j’exige une cabine pour me changer. Bah en fait il n’y en a pas. Et puritains comme ils sont les Américains (je rappelle aux lecteurs distraits que deux lignes plus haut je soulignais la présence d’enfants et que non ce n’était pas juste pour faire joli mais bien pour préciser le contexte) je ne me voyais pas, à moins de tenter le lynchage immédiat, faire un striptease intégral dans cette boutique.

Le gars de la caisse me fait passer derrière (et non pas sous) le comptoir et je me change rapidos dans une remise. Le contact du tissus sec sur ma peau me fait immédiatement soupirer d’aise. Je ressors du placard requinqué mais un peu boudiné (j’ai pris du XS, hein!) Et par un curieux hasard, il cesse de pleuvoir, les nuages sont toujours là mais la fin du monde c’est pour 2012 finalement.

Même si je porte un tee shirt sec, le bermuda, le caleçon, les chaussettes et les baskets sont trempés. L’avantage de voyager avec ses valises dans le coffre de la voiture c’est que j’ai pu me changer intégralement sur le parking sur la banquette arrière. Les autres touristes sont soit rentrés soit ont continué mouillés comme des serpillières la découverte du panorama. Mouha ha ha ha ha.

~ par PascalR sur 27/10/2010.

5 Réponses to “Le Grand Canyon – Arizona”

  1. Ça fait partie de mes rêves, j’imagine assez bien le coup sur la nuque. En fait, je crois que non, je ne peux pas imaginer.

    • Oui il faut absolument y aller. C’est le truc qu’on a toutes les peines du monde à expliquer et en photo c’est hyper réducteur.
      C’est un peu comme quand on découvre la haute montagne pour la première fois mais puissance 100. Really!

  2. Et qu’as-tu fais du magnifique (?) tee-shirt par la suite ? Hum ?

  3. La photo ! La photo ! La photo ! La photo ! :D

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :