Retour de vacances

Le retour de vacances est pénible. Quand je dit « vacances » c’est juste cinq petits jours passés chez ma mère en compagnie d’Elwë. « Le plus beau chat du monde ». Petit rappel sur la beauté de mon chat à moi que j’aime pour ceux qui souffrent de problèmes de mémoire. Je profite de l’occasion qu’il m’ait donné pour partager avec eux, lors de cette longue phrase d’introduction, toute la peine et l’affection que je peux leurs témoigner à eux et surtout, surtout à leurs proches. Je ferme la parenthèse que je n’avais par ailleurs pas ouverte.

Cinq jours apaisants, ressourçants auprès de ma mère. Même si je ne me levais pas après 9hoo du matin, je n’ai pas été terrassé par des gigantesques siestes l’après-midi. Et ça c’est un progrès énorme par rapport aux après-midi comateux au bureau! Les journées sont bien plus longues du coup et j’avais de quoi m’occuper. Faire les courses à Carrouf, tondre la pelouse qui a mystérieusement repoussée depuis le mois dernier, tailler les haies, les rosiers, désherber et accessoirement refaire le jardin façon Le Nôtre sous un soleil roi magnifique. Et non, il n’a pas plu en Normandie.

Apprendre par mon beau-frère que ma mère a eu un malaise, il y a quinze jours en évoquant les souvenirs de mon père, qui a nécessité l’intervention du SAMU, m’a mis en colère. Ma mère ayant donné la consigne à ma sœur de ne pas nous avertir mon frère et moi. A priori rien de bien méchant, une infection urinaire qui nécessite un suivi. Mais ma mère refuse de me montrer les ordonnances. J’ai combattu, j’ai menacé, elle a tenu bon. Elle m’a juste dit qu’elle en avait parlé à son docteur. Cette conne de doctoresse n’a pas jugé bon de renouveler la prescription d’une échographie et d’une simple analyse d’urine et d’obliger ma mère à s’y soumettre.

D’un autre côté je suis soulagé d’avoir constaté une fois de plus que ma mère ne se pose pas en assistée. Elle reste la patronne. Elle garde le commandement des troupes. Bon en même temps, on a bien rigolé tous les deux. Elle profite de mon passage pour sortir les coupettes de champagne. Et ouais, elle ne boit pas quand elle est toute seule ce n’est pas comme son alcoolique de fils! Et puis elle s’entend bien avec Elwë. Elle lui pardonne toutes les conneries qu’il fait (ho pas grand chose… décrocher les rideaux par exemple) alors que moi gamin je me prenais une torgnole bien sentie, pour bien moins que ça!

source photo

Tiens en parlant d’Elwë, l’idée c’était de lui faire découvrir la vie à ce grand dadais. Le faire gambader nu et sauvage sur la pelouse fraîchement coupée. J’avais acheté pour l’occasion un harnais. Répétition générale loupée à Paris quand il a fallu lui passer autour du cou la première pièce du puzzle qui en comporte trois, sans se faire déchirer la peau à coup de griffes d’autodéfense. Je pensais donc réussir mon coup sur le terrain. Ma mère découvre alors que ce que je lui mettais au cou c’était finalement la pièce du puzzle réservée au ventre. Haaaaa! C’est pour ça qu’on peut lui retirer directement par la tête !

L’opération « Harnais » a été un fiasco total. J’ai donc entrepris de lui montrer la vraie vie de l’autre côté des vitres. Dans mes bras et à deux reprises, planté devant la porte de la cuisine grande ouverte sur l’extérieur et accessoirement balayé par un courant d’air de force 7, Elwë pris de panique s’est enfui loin loin sous le lit. Bon qu’on se dit. Ce chat est un peu con et pis c’est tout. Que nenni. Persuadé que jamais au grand jamais il ne sortirait de la maison sous aucun prétexte, nous avons laissé entrebâillées les portes. Et c’est toute paniquée que ma mère arrive dans le jardin en courant, alors que je jouais à « massacre à la tronçonneuse » avec la haie de troenes , « Elwë est sorti de la maison il est sous la haie de thuyas! »

Je lâche tout, me précipite, me penche sous la haie, l’appelle par son petit nom « mon bébé » (le premier qui rigole s’en prend une, ok?) nulle trace du chat. (en Haut-Normand « chat » se prononce « ka », nulle trace du ka!) Donc là c’est un peu la panique à bord pendant 2 minutes, le palpitant à trois cent à l’heure et déjà les larmes qui commencent à monter. J’en suis presque à me lacérer le torse musclé et brillant de sueur d’un jardinier lorsque ma mère ressurgit derrière moi pour me dire « Il est rentré à l’intérieur! » Ouuuuuuuf !

Après cette courte pause visuelle, Elwë m’a fait une deuxième fois un peu peur. La porte toujours pas fermée, je vois une queue de ka qui dépasse à l’intérieur. Tiens mais qu’est ce donc ? Me dis je à moi même. Mais bien sûr! C’est la queue d’Elwë. Ce petit con prenait l’air sagement assis sur la marche! C’est quand j’ai ouvert la porte très précautionneusement qu’il s’est de nouveau précipité loin, très loin sous le lit.

L’exploration de l’univers au delà des vitres se poursuit. La maison étant en « L » et non hantée, Elwë de la fenêtre de la chambre a enfin compris que c’était bien ma mère et moi qui lui faisaient des coucous de la main de la fenêtre de la cuisine. Ce détail lui servira pour la suite de ses aventures. Toujours le museau contre la vitre, j’ai donc décidé de lui ouvrir la fenêtre pour qu’il puisse sentir l’air frais de « la campagne ». Moi à l’extérieur et lui à l’intérieur. Il a finalement monté sur le rebord de la fenêtre les yeux grands ouverts comme ça et les narines frémissantes et puis en un saut leste et majestueux, pour ne pas dire félin », il était dans la cour en mode « rase motte ». La première fois que je voyais mon ka dehors. Je cours après lui, je le vois se heurter à la porte de la cuisine fermée et tenter la seconde porte, hop, je lui ouvre prestement la porte de la cuisine et hop direction loin, loin, très loin sous le lit.

Mon chat est in fine très très courageux mais un peu trouillard sur le terrain. Dans moins d’un mois, après un entraînement intensif à Paris, nous serons fin prêts tous les deux. Moi dans le bricolage de harnais et lui dans la gestion de son stress émotionnel. Dans trois semaines on se reprend une semaine de vacances. Elle est pas belle la vie ?

~ par PascalR sur 07/05/2011.

17 Réponses to “Retour de vacances”

  1. Prem’s !

    Non, je n’ai rien d’intelligent à dire…

  2. Oh tu ne t’en occupes pas, il ne partira pas bien loin. Je viens d’en faire l’expérience avec deux chats des villes. C’est hyper fidèle un chat. Enfin faut faire gaffe aux voitures, etc.) Si tu as trois quart d’heure pour faire 300 mètres, tu verras il te suivra, ils ont la trouille qu’on les abandonne.

  3. @Churchill : Ça se saurait :o)
    @TT02 : C’est vrai? Je ‘en doutais un peu mais la route pas loin ça me foutait les chocottes quand même. La prochaine fois on s’installe dehors les portes et fenêtres grandes ouvertes. Merciiiiiiiii !

  4. Des émotions, de l’aventure, du danger, du suspens, une disparition, des retrouvailles… C’est Autant en emporte Elwë tes vacances !

  5. Si tu continues à t’inquiéter comme cela, on va finir par se moquer de toi!
    On a un copain qui a une chatte, et dans le genre conne…! On l’a connue quasi sans bouger (sauf je me tourne vers la droite pour avoir la tête à gauche…) des heures devant une vitre donnant sur un mur aveugle!!
    Par contre, chez sa « mamé », la journée dans le jardin à chasser les lézards.
    Bon évidemment, cela ferait moins à nous raconter avec toute l’émotion du papa gâteux dans la voix…

  6. Hmmmm pas sûr que Elwé ne prenne pas goût à l’extérieur. Chamade en ville est trouillon à mort, mais en Alsace elle s’éclate dans l’herbe et se balade assez loin. Heureusement que l’appel du ventre est plus fort, du coup elle revient toujours au bercail.

  7. Tel maître tel chat non ? La peur de l’inconnu fait toujours peur. lol

  8. Moi-même natif de la capitale du foie de lotte mariné (fouê d’saillot), je tiens à préciser qu’on ne prononce pas « ka » mais « qâ » : nuance ! ^^

  9. @TM : Pur tout t’avouer, Elwë il m’éclate littéralement du matin au soir :o)
    @Jérôme : Merci pour ce témoignage ça me renforce dans l’envie de faire de mon Elwë autre chose qu’un chat d’appartement bête qui se fait chauffer aux rayons du soleil vautré sur le canapé. Ha ouais alors!
    @Valérie : Merci à toi aussi, je vais réussir l’éducation de mon petiot. C’est un peu long mais on va y arriver.
    @Christophe : Ho l’autre !!! :o))
    @Kab-Aod : Ce n’est tout de même pas un Breton qui va m’apprendre à parler le Rouennais! Nan mais ho :o))

  10. Mais comment tu veux qu’il retrouve son chemin en louchant comme ça? Hein?

  11. Comme dit TT02, tu n’a pas à t’en faire quand il s’éloigne : c’est pas tant qu’il soit fidèle, c’est juste qu’il sait où est sa gamelle ! :-)

  12. La voila la recette : prendre un chat petit et ne le laisser sortir que tardivement : la trouille est un très bon modérateur de fugues. Signé Laurence docteur es chats

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :