Revolucio

Je cherche un restaurant dans mon quartier que j’avais repéré mais que trop vaguement. Tout est normal dehors sauf qu’il y a des voitures de police qui coupent la circulation. Je pense à un accrochage, passe mon chemin et je tombe sur la fin de la manif’ du jour. Les gens sont assis par terre sur l’avenue en face de l’Estacio de França. Une camionnette sert d’estrade où se relayent des orateurs qui déclenchent à chaque fois des applaudissements, des mains qui s’agitent en l’air ou des poignets croisés. C’est la fin du cortège, un cordon de policiers barrent la route (impressionnant les policiers, limite ça fout la trouille) pour empêcher les manifestants d’aller plus loin vers un bâtiment officiel dont j’ai oublié le nom.

Les affiches, les slogans sont rédigés en catalan ce qui m’aide à la compréhension de l’ensemble. Il faut maintenir les services publics comme l’éducation, la santé et la culture et ne pas les privatiser pour réduire les dettes. Les banquiers sont tous des voleurs, etc. Un grand classique. Je ne sais pas pour vous mais les rassemblements de ce type me remuent bien les tripes. Limite je passais la nuit avec eux par solidarité. j’ai regardé les visages, il y avait beaucoup de jeunes mais aussi des plus âgés. L’ambiance n’est pas festive, tout juste bon enfant, mais assurément grave.

Et je les abandonne certains qu’il n’y aura pas de dérapage avec la police.

Je ne trouve pas mon resto. Je me replis sur une solution de facilité le resto du midi où le serveur est choupinou. Il m’a agacé ce soir, il sourit à tout le monde et pas qu’à moi, le traître! Tout révolutionnaire que je suis il n’en demeure pas moins que j’ai bu ma coupette de champagne et commandé un filet de veau absolument divin. A part peut-être la sauce au porto qui ne m’a pas emballé plus que ça. Et bizarrement à la fin du dîner au lieu de faire la tournée des bars dans le Marais barcelonnais, je me sens fatigué. Excès de soleil sans doute. Je bats en retraite et file me coucher.

Et c’est là qu’une autre révolution s’est mise en marche. Celles des boyaux. Mon diagnostique : Intoxication alimentaire, je suis sûr que c’est la sauce au porto. En tous cas ce n’est pas passé! D’abord nauséeux, mal de crâne, puis plus tard la vidange des boyaux s’est faite par les deux extrémités sous le regard un peu inquiet d’Elwë.  Et c’est là qu’on apprécie l’installation des sanitaires près du lavabo dans la salle de bains! Vraiment! Ensuite le délire dans tous les sens du terme vint à la rescousse! Entre les -40°c de la climatisation et les +40°c de mon corps de rêve (si, si) le choc thermique est radicale. C’est perclus de crampes, plié, replié en douze que j’ai réussi à émerger ce midi des profondeurs de mon lit.

Une fois douché, tee shirt propre et qui sent bon la soupline, je suis prêt non pas à faire la révolution mais à récupérer sagement dans la lumière tamisée qui filtre à travers les rideaux. Pas de soleil, pas de plage, pas de pétition naturiste à signer, je vais terminer ma boîte de pilules.

~ par PascalR sur 21/07/2011.

11 Réponses to “Revolucio”

  1. Sage décision. Et je te souhaite un prompt rétablissement. Câline ton chat, pendant ce temps là. Non !… Pas ce chat-là, l’autre.

  2. Visiblement, c’est les restaurateurs catalans les plus voleurs…

  3. Ah voilà un évènement qui aurait bien mérité un gros Nikon !!! (huhuh giak gniak)

  4. CAMARAAAADES! La révolution est le tord-boyaux du bourgeois! Notre vision lui donne des sueurs froides! Que les aristochats tremblent sous leurs draps de soie, qu’ils se terrent dans leur sacs de luxe! Nous vaincrons!!

  5. @Gosseyn : Ayè rétabli! pas eu besoin de câliner le chat
    @Churchill : Dans ce cas c’est plus grave! Ce n’est pas leur métier de base!
    @TT02 : Lequel ? La manif ou la vidange ?
    @Jérôme : Tu veux dire que la vision de tous ces pauvres m’aurait retourné le ventre ? L’année prochaine j’irai à Dubaï.
    @DidierR : Le champagne n’a rien à voir la dedans, qu’on se le dise! NanMèHo!

    • Il n’y a qu’à voir tout le mépris à peine contenu de la classe exploitante à travers ces réponses consenties au petit peuple….

      • Je n’exploite personne moi! Ce n’est tout de même pas de ma faute à moi s’ils se laissent exploiter ! Ha nan! C’est trop facile ça!

  6. vi vi vi. merci mon petit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :