Je ne suis pas une chochotte

Ooooooo jourd’huiiiiii, j’ai rencontrééééé ta lalalala ! Non je rigole, je n’ai pas rencontré l’homme de ma vie même si on m’a tripoté les gonades plus que d’habitude. Aujourd’hui à l’aube, alors que mes congénères se tapaient la discute autour d’un café avant de réellement se mettre au travail, à 9h55 plus précisément, je me suis fait enregistrer au bureau des admissions, secteur orange, bâtiment Charcot, porte 5, rez-de-chaussée de l’hôpital Tenon, Paris XXe.

Et c’est là qu’on s’est aperçu avec d’autres patients que le comble pour un hôpital c’est d’oublier un accès handicapé suffisamment large pour que les malades en chaise roulante puissent retirer le leur de dossier d’admission. Du coup, on a pu assister affligé à un étrange ballet de portes qui s’ouvrent et puis qui se ferment pour que les infos passent bien du malade en fauteuil stationné en double file dans le couloir vers le préposé aux enregistrements des admissions et inversement.

Bref, bref. Voilà que le Monsieur aux lunettes au verre fumé arrivé juste cinq minutes après moi s’est octroyé la mission des « C’est à la dame avec la perfusion qui doit passer » et des « Vous avez rendez-vous à quelle heure ? Et vous ? Vous êtes là depuis combien de temps ? » « Parlez plus fort il est sourd ! » Oui, il a parlé de moi en ces termes ! J’ai fait semblant de ne pas entendre.  Et plus personne n’a essayé de gruger une place dans la file d’attente, entre les chaises roulantes, les cannes, les perfusions, les pyjamas en pilou pilou, et les mises en plis toutes avachies.

Le préposé aux dossiers des admissions n’a pas eu l’air d’apprécier que je ne lui répète pas mon nom en hurlant lorsqu’il m’a adressé la parole de derrière des casiers et autres meubles métalliques des années 50 période post-nucléaire. Il est revenu dans son box, a ouvert la bouche pour sûrement me dire quelque chose de très désagréable puis s’est ravisé en observant fort à propos que je lui présentais mon profil gauche avec mon index pointant la pitite prothèse qui dépasse de mon oreille. Connard !

Et de là, avec mon précieux dossier sous le bras, je suis parti à l’accueil de la radiologie, secteur jaune, bâtiment Joliot, porte 4 à 6 (Ha ! Y a un piège) rez-de-chaussée. J’ai attendu que la dame de l’accueil finisse de déblatérer avec un collègue pour faire entendre ma voix. Je dois patienter qu’elle me dit. Ça tombe bien car voyez vous je ne suis pas trop rassuré sur mon sort dans les quelques heures qu’il me reste à vivre qui vont suivre.

En début d’année, je me suis aperçu que l’opération d’une varicocèle gauche effectuée par un boucher charcutier traiteur (urologue place de la Bastille), il y a une dizaine d’années avait un peu foirée au vue d’une veine un peu douloureuse au niveau du testicule gauche qui me faisait des kikous intempestifs. Frisson d’horreur ! Esthétiquement parlant ça passe complètement inaperçu. Par contre c’est assez douloureux quand une érection prolongée se pointe.

Alors c’est quoi que cette opération de varicocèle ? Comme je suis bon et généreux je vais vous épargner la page Wikipedia. La varicocèle correspond à une dilatation veineuse au niveau des bourses le plus souvent lié à un reflux à partir de la veine spermatique. Le traitement (chirurgical ou radiologique) consiste à empêcher le reflux veineux vers les bourses en obstruant la veine spermatique (testiculaire).

C’est tout de suite devenu beaucoup plus clair dans vos esprits maintenant, hein ! Moi qui voulais détenir le blog le plus glam de toute la galaxie, j’en suis pour mes frais. En clair, c’est quand la veine dans la gonade ne fait pas remonter le sang dans le circuit. Du coup elle gonfle cette connasse et ça fait un peu mal mais parfois beaucoup. Et je t’explique pas comment c’est la merde pour gérer ton plan Q.

Et l’opération consiste à ligaturer cette veine (c’est comme faire une rosette en mettant un doigt sur le nœud) (oui, je sais c’est un peu scabreux) en sachant qu’il y a plein d’autres petites veines pour assurer la vascularisation de ta couille, le retour veineux que ça s’appelle. En tous cas, c’est ce qu’il m’a répondu le docteur quand je m’en étais inquiété lors du diagnostic.

Il y a dix ans de cela, le boucher charcutier traiteur (urologue place de la Bastille) avait opté pour l’opération chirurgicale franche. On ouvre la bidoche, on fait un nœud à la veine, on referme, on fait dix centimètres de point de croix sur le bide et roule ma poule. Oooooojourd’huiiiiii, on passe par voie veineuse. La ponction se fait au niveau de l’aine droite.

On rentre par la veine fémorale, on chemine vers les veines du pelvis (Presley) puis la veine cave inférieure, la veine rénale et l’on descend dans la veine qui alimente la varicocèle. On pompe l’excédent de sang, on envoie un liquide pour souder la veine et on fait une ligature. Et voilààààà ! Sous vos applaudissements.

Maintenant fermez les yeux et imaginez le cheminant dans votre tête. Vous y êtes ? Parfait. Et maintenant le premier qui me dit que je suis une chochotte n’a pas bien fermé ses yeux ! Parce que non seulement on va vous ouvrir tout de même un peu le bide, ça touche de très près une gonade mais c’est lié aussi aux reins, à la circulation sanguine, le cœur toussa, mais en plus c’est sous anesthésie locale.

Alors quand je suis arrivé dans le bloc, la première chose que j’ai demandé c’est si je pouvais enlever mes lunettes et ma prothèse audio. Surtout pas qu’elle me dit la dame. Le chirurgien a besoin de vous. Tu m’étonnes ! « Allez maintenant on respire très très fort pour gonfler à bloc ses poumons. » « Bloquez ! » « Et maintenant vous poussez sur votre ventre » « Respireeeeeeez » « Allez maintenant on respire très très fort pour gonfler à bloc ses poumons. »…

Avant même qu’il ne me touche, j’avais déjà commencé à partir dans le vagal. Malaise ! Et hop la dame qu’elle me file un shoot de 500 kg de chais pas quoi dans le bras. Ou 500 litres, je n’ai pas bien entendu ce que lui a dit le chirurgien. En tous cas, mes suées sont stoppées nettes, mon rythme cardiaque s’est stabilisé. Oui je le sais car j’étais branché et j’entendais le « bip » « bip » « bip » régulier et rassurant quelque part avant qu’il ne s’emballe.

N’empêche que sa piqûre a eu son petit effet. Je me suis senti presque joyeux, un peu parti et j’ai même chantonné à mi voix des « la la la la la » qui dans ma tête donnait « Papa don’t preach, I’m in trouble deep. Papa don’t preach, I’ve been losing sleep…. » Et j’ai donc été très agréablement surpris d’entendre un « Et voilà c’est fini ! » Sous vos applaudissements.

~ par PascalR sur 27/03/2012.

20 Réponses to “Je ne suis pas une chochotte”

  1. Quelle horreur mon pauvre… Quel courage ! En même temps à votre age les gonades ça ne sert plus :o)
    Et bientôt c’est mon tour… Mais moi anesthésié générale Ouf !

  2. Gisèle vous êtes beaucoup plus couillue que je le croyais.

  3. Cette façon de mêler le roi Presley à vos petites affaires intimes a quelque chose de particulièrement choquant !

    Mais sinon, c’est comme d’habitude. Génialement raconté.

    Je t’embrasse sur ta gonade intacte.

  4. J’espère que le boucher charcutier de la place de la Bastille ne dort plus aussi bien depuis !

  5. @G L : Comment ça mes gonades ne me serviraient à rien ??? Même si je ne me reproduis pas, elles ont un certain cachet esthétique indéniable!
    @Joss : Merci mon petit, tu verras ce que c’est quand les tiennes vont descendre :o)
    @Churchill : Presley est ok avec moi, lui qui est meurt sur son trône. Haaa l’intimité c’est bien relatif aurait dit Albert.
    @Valérie de haute Savoie : j’adore quand on fait des manifs à Bastille pour au moins une seule bonne raison \o/

  6. Moi, qui à 09h55 faisait justement une pause café devant cet écran pour me reposer les neurones… je viens de faire un malaise rien qu’à lire cette histoire!! Oui, je suis une chochotte et j’assume.
    Au moins, tu nous épargnes la photo de la cicatrice.
    Mais il parait que « quand ya pas de douleur, ya pas de plaisir »… alors tes plans q vont être tristoune maintenant, non?

    • Dieu me tripote! Y’ a pas de cicatrice, c’est juste un petit trou que je ne vois d’ailleurs plus aujourd’hui. Pour les plans Q je ne m’inquiète pas trop en fait. J’ai jamais été un grand consommateur :o)

  7. Même tout petit, tu gardes ton trou pour toi, merci…
    Et pour le reste ma bonne dame: la Qualité doit tooouuujoooouuurs primer sur la quantité

  8. Et alors tu as la voix plus grave maintenant :)

  9. Evidemment, Elwë ne peut pas comprendre… C’est d’un frustrant!

  10. @arbrav : bien sûr que oui je vais me le garder mon petit trou!
    @chrisbiandco : mais non voyons!
    @Ditom : Je peux te jurer qu’Elwë n’a pas souffert quand on lui a coupé!

  11. Anesthésie locale… Rien que l’idée me fait toujours peur, surtout quand il s’agit de zones aussi sensibles ! Par contre, je croyais que la radiologie c’était seulement pour faire des images ? (oui, je suis malin, j’ai déjà compris que c’est pas pour écouter de la musique)

    • Clap clap clap pour la radio ! L’opération se fait bien en radiologie car on injecte du produit révélateur dans la veine. Y a pas de caméra au bout du mandrin :)

  12. Admirable humour conservé jusque dans les parties les plus intimes. Donc ce n’était pas un gonflement surnuméraire flatteur. Et maintenant ça marche sans plus de gêne?

  13. Les opé ss anesthésie locale … Quelle horreur ! Bravo Gisèle pour ce courage ! Et bravo pour ce récit explicatif ! Je t embrasse… Sur les joues

  14. Oulala skeu t’as du courage ma couille ! Non je retire ce que je viens de dire c’est vulgaire !
    J’applaudis ! Clap Clap !

  15. @Flavien : Atta ! j’ai pas le droit d’essayer avant une semaine !
    @Laurence : merci pour ton soutien :)
    @therese525 : quoi ma couille ? :o))

  16. Tu es un héros ! Elwë peut être fier de son pôpa … :D

  17. Ça alors c’est la première fois que je trouve un pote de varicocèle gauche ! moi j’avais 15 ans. J’en garde une belle balafre sur le ventre, une peur panique des drains et un souvenir atroce des douleurs suivant l’opération.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :