Fight club

C’est peu dire que ce matin je n’avais pas trop le cœur à rependre le chemin du bureau. Je ne me suis pas recouché pour autant après avoir dégusté mon petit déjeuner. Non, non. Le seul truc qui ne se soit pas passé correctement lors de ce premier matin de reprise c’est qu’Elwë ne m’a pas accompagné jusqu’à la porte de l’ascenseur.

Il doit sûrement avoir la pétoche d’être re-transbahuté dans son sac Courrèges de voyage. A peine arrivé, à peine reparti. Mon chat n’a pas voulu tenter le diable et s’est sauvé en trois nano secondes sous le lit. Impossible de le ramener à la raison et c’est fort contrarié que je n’ai pas eu mon bisou d’au revoir !

C’est arrivé au métro que j’ai commencé à m’énerver pour de bon. D’abord il faisait beaucoup trop chaud sur le quai de la ligne 11. A priori j’étais trop couvert. Ensuite il y avait beaucoup trop de monde déjà tout serré sur la plateforme de la voiture en queue de train.

Et là une grosse nana avec des cheveux frisotants partout en longueur se colle direct dans le poteau auquel je suis cramponné et d’un mouvement leste de sa main parfaitement synchrone avec celui de sa tête, me balance une grosse mèche de sa chevelure dans la tronche.

Je ne dis rien ! Mais je n’en pense pas moins comme dirait l’autre. Je me dis que pour deux stations ce n’est vraiment pas la peine de s’énerver et que je vais pouvoir respirer normalement dans pas trop longtemps. Ca c’était en théorie. Car lorsque les portes s’ouvrirent… Je ne peux pas descendre !!!

Une foule d’abrutis veut absolument grimper alors que je ne suis pas encore descendu. Ce n’est pas comme si en semaine, aux heures d’affluence, il n’y aurait que des trains toutes les 20 minutes. Non ! C’est toutes les deux minutes qu’il passe le métro, qu’on te dit !

Je n’ai absolument pas prémédité de quelque façon que ce soit mon comportement en sortie apnéique du wagon. Deux nanas me barrent le passage, m’empêchant de descendre. Resté en équilibre sur le seuil de la porte le temps d’un battement cil, mon cerveau reptilien s’empare du contrôle de la machinerie et envoie mon épaule droite s’échouer sur le premier obstacle venu.

Pile poil dans le flanc de l’une des nanas speedées. Mon allure qui était plutôt fière n’est même pas ralentie par cet impact, seule mon oreille m’alerte d’un désagrément. « Haaa ! » « Hoooooo ! » Suivi presqu’aussitôt d’un carnavalesque « Nan mais ça va pas ?! » Je me suis retourné sans ralentir mon allure  et j’ai lâché un tonitruant « Connasses ! »

Voilà comment j’ai démarré ma journée ce matin. Je n’en suis pas totalement fier mais je me sens « apaisé ».

~ par PascalR sur 09/05/2012.

10 Réponses to “Fight club”

  1. Effectivement, pas-sion-nant…
    tu repars quand en vacances?

  2. Et oui, c’est ainsi, chacun pour sa gueule et bientôt il y aura les odeurs en plus, les délicieux petits fumets de l’été :)

  3. Gisèle, ce look « marcel tandem pantalon gris » est d’un ringard ! les vacances sont finies, rhabillez vous !

  4. @arbrav : je ne repars plus avant juillet …
    @nicolasraviere : une raison supplémentaire pour remonter sur un vélib’
    @laurence : t’es bigleuse ou quoi? je suis à gauche sur la photo !! pffttt

  5. La bonne vieille technique du hurlement primaire. Ça marche à tous les coups et ça fait un bien fou ! J’aurais adoré assister à la scène. Tiens, je vais demander à la RATP s’ils ont toujours les images des caméras de surveillance :)

  6. rhaaa c’est con j’ai eu envie d’applaudir à la fin du billet

  7. Contre les chevelures frisotantes incontrôlées, une seule solution : toujours avoir un chalumeau sur soi. Malgré le désagrément de la chaleur produite, tous les passagers à proximité t’en sauraient gré ! Mais il est possible que ça implique quelques désaccords avec agents de sécurité de la RATP….

  8. Fais comme moi, reste en vacances, tranquille devant l’écran à rigoler en prenant mon petit déjeuner. Oui oui il est presque 10 heures :D

  9. @Tambour Major : c’est EXACTEMENT ça ! Le cri primal !
    @joss : Applaudir les connasses ? M’étonne pas! Tu n’es vraiment pas sympa, c’est Ditom qui avait raison à ton sujet!
    @Loup : Et tu fais comment pour la bouteille de gaz ???
    @Valérie de HteSavoie : Han que c’est petit ça! En plus j’ai fait semblant de ne pas lire ton dernier billet pour ne pas montrer ma jalousie …

  10. Cette poésie m’émeut au plus haut point Gisele. Vous êtes la poétesse du métro c’est indéniable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :