Marcel Dugomier a quitté sa BDGN*

MarcelDMarcel Dugomier a enfin quitté sa BDGN*.

Ce vendredi 20 mars 2015, jour d’éclipse pour tous, j’ai quitté définitivement ma Boîte De Gros Nazes. Pas de tristesse particulière, pas d’allégresse excessive mais la certitude d’avoir sauvé ma peau. Dix neuf ans que j’y bossais. En septembre 1996, j’y faisais mes premiers pas comme salarié. Je la connaissais d’une précédente vie comme étant l’une de mes clients. Un an après, je consultais un thérapeute qui a essayé de me convaincre d’une vérité pourtant éclatante, que sur mon contrat de travail, il n’était pas stipulé que je recevrai de la reconnaissance. C’est uniquement mon travail contre un salaire et pis c’est tout.

Alors année après année, on a travaillé sur mes problématiques. Parce que si je n’étais pas satisfait de mes conditions de travail, c’était que le problème venait de moi. Et c’était parti pour des années de haut et de bas, en attendant toujours les prochaines vacances pour souffler et pour repartir « du bon pied ». Alors oui, bien sûr, évidemment qu’il y avait des trucs à réglé chez moi. On a travaillé dessus, j’ai fait de mes loisirs des stages permanents de développement personnel, du cri primal, au rebirth en passant par des sweat-lodge et autres ateliers baroques.

Et ce fut bien. Cela m’a construit, consolidé après m’avoir détruit, après avoir démonté des tas de trucs et de machins. Et puis finalement, tout doucement, j’ai plongé dans la grosse dépression. Un état d’être bizarre où on perd le contact avec la réalité. La médicamentation a bien entretenu mon état léthargique. C’était en 2014, je me suis fait aider par un second thérapeute et je reprenais pied. Le 7 janvier, c’est le massacre de Charlie Hebdo. Je suis en état de choc, je cherche dans les couloirs de ma BDGN* des gens avec qui parler, échanger, je n’y trouve que silence et rejet. Le soir, je suis à République dans le recueillement silencieux d’une foule compacte et unie.

Le lendemain, de retour au bureau, je craque et c’est en pleurs que j’échoue chez ma thérapeute. La décision est prise là! Il faut partir !

Alors si comme moi ,vous avez la vague impression que vous êtes en arrêt maladie souvent occasionnellement mais que vous ne savez pas trop combien, demandez à votre médecin la liste des consultations en rapport avec votre travail. Le mien informatisé depuis 2007, m’a donné toutes les données, dates, symptômes et diagnostics. Si les mots; syndrome dépressif, angoisse, crise-trouble-attaque de panique, hypersomnie, dépression, stress reviennent avec insistance, pensez à sauver votre peau au plus vite!

 

*Boîte De Gros Nazes

~ par PascalR sur 22/03/2015.

19 Réponses to “Marcel Dugomier a quitté sa BDGN*”

  1. Si ça te laisse plus de temps pour alimenter ton (excellent) blog, c’est une bonne nouvelle !

    (Quoi ? Comment ça, le fayot ?)

  2. Bravo pour avoir eu le courage de le faire, je croyais que tu étais parti déjà, lorsque tu avais fait ton stage. Ici je suis aussi petit à petit entrain de découvrir la transformation de ma super boite en BDGN grâce à la nouvelle direction. Je n’ai pas vraiment le choix de foutre le camps en raison de mon grand âge, mais j’apprend à me détacher doucement pour ne pas subir cela. Et maintenant, tu as trouvé une nouvelle boite ou tu la cherches ?

  3. C’est bien si tu te sens mieux ! Maintenant un peu de vacances et après il faut rebondir dans la bonne direction. Zou au boulot !

  4. Ca fait plaisir de te lire Pascal, et surtout ça me fait plaisir de savoir que tu as fait le choix de sauver ta peau. Pour être passée par là chez mon dernier employeur (où je n’ai tenu que 3 ans, pas 19 !) je sais parfaitement ce que tu as pu ressentir le dernier jour quand tu écris « Pas de tristesse particulière, pas d’allégresse excessive »… c’est exactement ça : une sorte de vide, mais la certitude de savoir qu’on a fait ce qu’il fallait.

    Profites en pour souffler et récupérer de cette période difficile et reprends des forces pour ensuite pouvoir mieux rebondir. Il y aura certainement encore des hauts et des bas et des périodes de doutes, mais il ne faut surtout pas avoir de regrets.

    Aujourd’hui, 18 mois après avoir quitté la banque, je n’ai toujours pas retrouvé un emploi stable mais je m’éclate totalement dans les petits boulots que je fais (je donne des cours) et quand il m’arrive de discuter avec des anciens collègues je suis tellement contente d’être sortie de cette ambiance pourrie que ça me conforte dans mon choix.

    Tous mes voeux t’accompagnent dans ta nouvelle vie et je te souhaite de trouver une activité où tu pourras t’épanouir pleinement !

  5. Merci pour les messages d’encouragement.
    Alors le projet c’est de faire infographiste freelance (j’avais consacré mon CIF pour çà) et comme je me débrouille pas trop mal j’ai bon espoir.
    Partir à Rouen avec les chats mais je dois régler plein de tracasseries immobilières avant.
    Si Pôle Emploi me trouve un stage en imprimerie ce serait pas mal.
    Mais avant des vacances !

  6. Sage décision, reste le plus difficile, trouver le job juste bien pour toi.
    Et c’est la fête pour tes Mistigris…

    • Han c’est la plaie les chats! Je veux jouer ! J’ai faim! Je veux jouer mais pas avec l’autre ! Moi moi j’ai faim ! Je veux jouer !

  7. C’est la Simone qui doit être contente !

  8. Une chambre pour chacun des chats? Pourquoi pas leur salle de bal(les)???
    Ah oui, sinon félicitation pour ce nouveau départ!!
    On croise les doigts bien fort
    (si j’étais salope, je dirais que ça va te faire une utile cure de rajeunissement…)

  9. Il est bien ton blog :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :